Bouddha a-t-il vu juste ?!

Publié le par sébastien

Lu récemment "La force du bouddhisme", petit ouvrage écrit à deux mains par le Dalai-Lama et Jean-Claude Carrière.

Comme à son habitude, Jean-Claude Carrière explique avec clarté des notions parfois difficiles. Il possède en outre l'art de l'anecdote qui confère encore plus de plaisir à la lecture.

L'ouvrage permet de mieux comprendre le bouddhisme, qui est à la fois une philosophie et une religion. Philosophie, car animé en permanence du désir de penser juste, de se rapprocher de la vérité, fût-ce en remettant en cause, en raison des découvertes scientifiques, certaines convictions passées. Egalement religion, car croyance en une forme de salut.

"Philosophie religieuse" en quelque sorte, en tant que le salut de notre âme passe par un travail sur nous-mêmes.

Le but étant d'accéder à la "conscience subtile". Celle qui permet d'atteindre le nirvana. Un état où plus rien ne pèse.

Je rapproche cette idée, qui a 2500 ans, d'un reportage entendu récemment à la radio, dans lequel un médecin évoquait les expériences de mort imminente, ces états où, alors qu'ils sont plongés dans un coma profond ou même parfois cliniquement morts, c'est-à-dire un stade où le cerveau n'a plus d'activité, certains malades se voient quitter leur corps, rejoindre un tunnel au bout duquel apparaît une lumière. Et tous les témoignages parlent d'un grand bien-être.

Comment ne pas rapprocher ces observations médicales, qui sont des faits indubitables, permettant de conclure en l'existence d'une certaine forme de conscience, alors même que l'activité cérébrale est nulle, de ce concept de "conscience subtile" développée par le bouddhisme ?

Publié dans lectures

Commenter cet article