Intoxicated man

Publié le par sébastien

Il y a 5 ans, les Etats-Unis envahissaient l'Irak, au motif que Saddam avait des liens avec Al Qaida et qu'il possédait des armes de destruction massive.

5 ans plus tard, on sait qu'il n'avait pas ces armes et qu'il n'entretenait pas de relations avec le réseau de Ben Laden.

3.000 milliards de dollars plus tard, selon l'estimation de Joseph Stiglitz, l'Irak constitue le terrain de jeu de tous les fanatismes et un champ de batailles entre chiites et sunnites.

4.000 morts américains et entre 100.000 et 1,2 millions de morts irakiens plus tard (cf. Le Monde de ce jour pour des explications sur ces difficultés d'évaluation), le président des Etats-Unis et son vice-président osent parler de succès.

Plus c'est gros, plus ça passe, avait l'habitude de dire un ancien de nos présidents. Mais, là, il faut quand même oser.

Exit Abou Ghraib, exit Guantanamo, exit la guerre civile, exit ce précédent de la guerre préventive, tout est bien qui finit bien puisque, rassurez-vous, la démocratie, exportée par les GI's, est en marche.

Le nombre d'écoles et d'hôpitaux que l'on aurait pu construire avec 3.000 milliards de dollars ! Cela aurait bien mieux servi la sécurité des Etats-Unis en redorant son blason dans le monde.

On ne perd jamais vraiment à faire le pari de la générosité. On perd à tous les coups à jouer les apprentis-sorciers de la scène internationale.

Il ne manque plus qu'un krach financier, et Bush sera le plus ravi des enfants de la crèche et le plus mauvais président de l'histoire des Etats-Unis !

Commenter cet article