Le coton comme symbole de la mondialisation

Publié le par sébastien

Lu récemment "Voyages aux pays du coton" d'Erik Orsenna.

L'auteur a choisi de s'intéresser aux divers stades de la production et de la commercialisation de cette plante pour mieux parler de la mondialisation. Il s'intéresse aux mécanismes concrets qui régissent cette économie pour mieux comprendre la mondialisation, un concept parfois abstrait dont on mesure la nouveauté mais que l'on a du mal à définir.

L'expérience est plus que réussie.

Sur la forme, j'ai eu un  vrai plaisir de lecture. Orsenna a le goût de l'anecdote et le sens du portrait. Il a cet art de dire l'essentiel avec un art consommé de la formule. Ce voyage autour du monde, qui nous fait passer de l'Afrique au Brésil, de l'Ouzbékistan aux Etats-Unis, en passant par la Chine et les Vosges est tout sauf ennuyeux.

Sur le fond, Orsenna retrouve sa formation d'économiste - il a rédigé une thèse sur les capitaux court terme ! - pour tirer plusieurs leçons de son voyage. J'en retiens au moins deux :

1) contrairement à une idée largement répandue, les Etats ne sont pas dépourvus de moyens malgré la mondialisation : chacun bâtit ainsi ses propres barrières, à coup de brevets, de réglementations protectionnistes et autres ingéniosités juridiques, de manière à encourager l'industrie nationale. Le "patriotisme économique" n'est pas une exception française, c'est l'activité normale des Etats du monde, au risque parfois de céder aux sirènes du nationalisme ;

2) partout, il est admis que le travail est une des conditions pour accéder à la prospérité, l'idée que l'on pourrait construire un monde meilleur en travaillant moins n'effleure que quelques cerveaux progressistes français !

Orsenna tire d'autres leçons qui sont elles-aussi passionnantes : la difficulté d'établir un prix "juste" et la complexité alors de mettre en place un commerce équitable véritablement éthique ; la diversité des rapports au temps dans le monde avec un Brésil qui se vit dans le futur et une Afrique si marquée par le poids des héritages.

Un livre qui se lit d'une traite et où l'on apprend beaucoup.

Publié dans lectures

Commenter cet article