la République des copains

Publié le par sébastien

Ces derniers jours, plusieurs informations m'amènent à penser que certaines pratiques, au sommet de l'Etat, n'ont rien à envier à celles qui font le quotidien des républiques bananières :

- c'est la nouvelle, aujourd'hui développée par le Canard Enchaîné, selon laquelle le ministre de l'économie, son épouse et ses 8 enfants partagent un appartement de 600m2, aux frais du contribuable, pour un loyer de 14000 euros par mois ;

http://fr.news.yahoo.com/050215/5/49xu8.html

- c'est la proposition de loi émanant de plusieurs sénateurs qui visent à faire de tout ancien Président de la République un sénateur à vie :

http://www.senat.fr/leg/ppl04-163.html

- c'est, aussi, la proposition de loi visant, en cas de litige entre un chanteur et sa maison de production, à rendre le catalogue au premier (ah que coucou !) :

http://www.lefigaro.fr/entreprises/20050214.ENT0026.html

- ce sont, enfin, les dernières nominations au Conseil économique et social, qui sont l'occasion de recaser les perdants des dernières campagnes électorales et les ministres victimes des derniers remaniements (Ferry, Aillagon, ...) :

http://www.ces.fr/ces_dat2/1-3membr/memb.htm

Des dépenses somptuaires pour un ministre qui milite pour une "désintoxication de la dépense publique" a de quoi révolter.

Des lois sur mesure ne peuvent que scandaliser.

Des pratiques, qu'on espèrerait d'un autre âge, perdurent. La confiance de l'opinion dans les politiques ne peut qu'être entamée. Et les discours extrémistes, sur la "république des copains et des coquins", recevoir l'assentiment d'un plus grand nombre encore.

S'il est vrai que les membres de la tribu prennent pour modèle leur chef, on ne peut s'étonner de pareils comportements.

 

 

 

 

Publié dans Politique-France

Commenter cet article

AL1 18/02/2005 17:29

D'accord ils ne sont pas tous à jeter dans le même panier, d'un bord à l'autre de l'échiquier on trouve des gens "intelligents" mais force est de constater qu'une fois en place (pouvoir ou non) nombreux sont ceux qui profitent du système et abusent de leurs droits et positions : doit-on croire le ministre des finances qui dit avoir pris connaissance du montant de son loyer par la presse ? Que dire des frais de bouche de la mairie de Paris et des voyages aériens gratuits de la famille Chirac ? Sans oublier la gabegie et les dépenses pharaoniques des septennats mitterandiens... Et je ne parle pas des profits financiers "outranciers" réalisés par quelques uns (actionnaires et grands patrons de l'économie libérale)...
Je rêve encore d'une justice politique, d'une justice sociale... d'un monde meilleur où tous travailleraient main dans la main pour le bonheur de tous ! Utopique doux rêveur ?

sébastien 17/02/2005 10:51

Je ne veux surtout pas donner l'impression que c'est l'ensemble de la classe politique qui est pourrie. Loin de là ! D'abord, ce serait faux : beaucoup poursuivent des buts nobles et travaillent beaucoup. Ensuite, ce serait dangereux, cela reviendrait à participer à un discours populiste que j'abhorre. Je veux seulement dire qu'une minorité se comporte mal. Il appartient aux médias de faire leur travail pour que la transparence soit faite.

AL1 16/02/2005 19:12

Ils sont bien tous les mêmes : une fois dans la place, ils profitent à fond du système... et puis se préparent tous une retraite dorée. Dans l'opposition, ils font tout pour récupérer des voix en s'intéressant alors aux véritables problèmes de leurs concitoyiens. C'est lamentable, mais que peut-on faire ?