Gay Games

Publié le par sébastien

Dans Le Figaro d'aujourd'hui, Bernard Debré, député UMP de Paris, demande solennellement à la mairie de Paris et la région Ile de France de ne pas soutenir la candidature du collectif parisien à l'organisation des Gay Games dans la capitale en 2010.

Il estime que cette manifestation constitue un abus communautariste, voire même une forme de ségrégation vis-à-vis des hétérosexuels. Rien que cela !

Un article qui appelle 4 commentaires :

1) Sur la forme, le ton de Debré me paraît déplacé. Accuser les homosexuels de faire acte de ségrégation, c'est y aller fort de café ! M. Debré devrait comprendre, parce qu'il est intelligent, que l'on est victime de ségrégation quand on a moins de droits que les autres, et ce en raison de son identité (orientation sexuelle, couleur de peau, ...). Jusqu'à plus amples informations, et à moins d'avoir hiberné sans m'en rendre compte, il me semble que ce sont les gays qui ont toujours moins de droits que les hétéros dans notre pays. Il y a là une inversion des rôles qui prêterait à sourire si la chose n'était pas sérieuse.

2) Contrairement à ce que prétend M. Debré, les Gay Games ne sont pas réservés aux athlètes homosexuels, de même que la Gay Pride n'est pas une marche réservée aux seuls gays. Ce sont toutes deux des manifestations auxquelles chacun peut participer dès lors qu'il en partage les objectifs, à savoir la lutte contre l'homophobie et l'égalité des droits.

3) C'est l'inégalité des droits qui créent le repli communautaire, et parfois les excès du communautarisme. C'est bien parce qu'il y a des causes à défendre que des évènements médiatiques s'organisent. Si M. Debré le regrette, qu'il se mette à militer pour le mariage gay !

4) Enfin, il ne faut pas être naïf. Quand bien même l'égalité des droits interviendrait un jour, on ne pourra pas empêcher des gens qui partagent une identité commune et qui, surtout, peuvent connaître des difficultés à l'assumer, à se regrouper au sein d'associations et autour de manifestations. Cela permet de rompre la solitude, de faciliter l'intégration, et de valoriser ainsi sa propre image.

Les Gay Games n'appellent pas à plus de droits pour les gays que pour les autres, ce n'est donc pas du communautarisme. C'est le désir, là encore, de poursuivre le combat pour une égalité de droits, en appelant au soutien de tous. C'est le désir, aussi, de partager une identité commune. Désir somme toute naturel.

Add : Vous trouverez une autre critique de l'article de Bernard Debré sur le blog de Philippe Liotard.

Publié dans cinéma

Commenter cet article

Droitcommun 10/11/2005 03:58

j'oubliais: Critique qui se veux incisive de l'article de Debré... http://droitcommun.free.fr/NON%20aux%20sophismes%20stigmatisants%20et%20provocants.htm

Droitcommun 10/11/2005 03:48

Bonjour,
Groupe dominant pour la laïcité, j'aurais dit principe régulateur entre goupes différents : la laïcité est pour les religions ce que l'assemblée nationale est pour les partis politiques, sauf qu'il n'y a pas d'élection pour permettre aux uns d'imposer aux autres... ils sont tous mis au même niveau sous une entité qui ne les nie pas, mais les contients dans une sphère où les conflits sont temporisés.
Pour la critique "communautariste" en revanche je trouve la remarque intéressante car met le doigt sur le fait qu'aujourd'hui, comme dans l'article de Debrés, les mots sont moins signifiants qu'expressifs, ce qui n'est d'ailleurs pas de bon augure.

Cobab 20/09/2005 00:26

Hay, Didier, tu m'as compris, je crois ?

Non, non, c'est pas bizarre, c'est une activité de groupe dominant…

Didier 18/09/2005 22:07

Merci Cobab, du bon sens. Je sais, ce n'est pas le débat mais le groupe dominant qui érige la laïcité en "Valeur" et veut standardiser tout le monde en rejetant les "communautés" sous le voile du mot République, c'est bizarre non ?

Cobab 18/09/2005 14:58

Bon, pour la question précise des Jeux , ça me semble déjà une idée cizarre, mais bon ; comme pour le mariage, je ne peux réellement avoir un avis sur la question, n'aimant déjà pas trop les Jeux olymppiques comme n'aime pas le mariage hétéro.

Ce sur quoi je souhaite intervenir, c'est sur l'accusation de « communautarisme » : en France, elle sert systématiquement à disqualifier tout attitude, propos, institution… qui n'entre pas dans le cadre de l'uniformité du groupe dominant…