Une grande dame

Publié le par sébastien

L'histoire se passe à la fin des années 1950.

L'Egypte de Nasser entreprend la construction d'un grand barrage sur le Nil pour couvrir les besoins du peuple égyptien en pleine expansion démographique.

Malheureusement, cette construction va noyer des trésors d'architecture de l'ancienne Nubie. Et parmi eux le temple d'Amada, l'un des plus purs joyaux contruits par l'homme.

Christiane Desroches Noblecourt, la grande égyptologue française, ne peut se résoudre à une telle perte pour l'humanité.

Aussi, au cours d'une réunion avec des officiels égyptiens, sous le coup de l'émotion et sans en avoir parlé à personne, elle assure que la France prendra à sa charge la reconstruction à l'identique du temple. Elle décidait ce jour-là d'être la voix de la France.

Mais le plus dur restait à faire : convaincre son pays de débloquer les fonds nécessaires. Elle court les administrations, rencontre les directeurs généraux, s'invite chez les ministres. Rien n'y fait. Elle ne convainc personne.

Ne reste qu'une "folle" entreprise : convaincre le Général de Gaulle, himself.

Grâce à des amis, elle obtient une audience. Elle raconte l'histoire au Général. D'abord souriant et amical, il prend rapidement la mouche :

- Comment avez-vous pu parler au nom de la France sans y avoir été autorisée ?!

Notre égyptologue s'effondre sur sa chaise et voit déjà les courants emporter son temple chéri. Jusqu'à ce qu'elle trouve cette heureuse réplique :

- Et vous, mon Général, comment avez-vous pu lancer l'appel du 18 juin sans l'accord du Maréchal Pétain ?!

De Gaulle, beau joueur, s'inclina : "Vous avez gagné !".

On trouva l'argent et le temple d'Amada fut sauvé. Quand la petite histoire rejoint la grande. Quand la folle passion d'une femme permet, à elle seule, de renverser des montagnes.

Publié dans coups de coeur

Commenter cet article