La démocratie pour tous, est-ce possible ?

Publié le par sebastien

Devant la nouvelle doctrine américaine qui vise à répandre la démocratie partout, on entend des critiques qui relativisent cette ambition en considérant que la démocratie est un concept occidental qu'il serait vain de vouloir exporter partout, sans tenir compte des histoires locales.

C'est un débat qui divise les "universalistes" d'un côté aux "relativistes" ou "culturalistes" de l'autre.

Sur ce sujet, je viens de terminer une lecture intéressante : un petit livre de Amartya Sen, Prix nobel indien d'économie, intitulé "la démocratie des autres".

Pour lui, il serait inopportun de croire que la démocratie n'est pas universelle, simplement parce que la situation demeure chaotique en Irak.

Au contraire, pour lui, la démocratie est un bien auquel tout être humain a légitimement droit et il n'existe pas à proprement parler de spécifités locales telles qu'elles interdiraient un tel mode d'organisation sur toute la surface du globe.

Il condamne ainsi toute forme de relativisme qui viserait à accepter des formes autoritaires de gouvernement au nom de tel ou tel particularisme.

Pour en arriver à cette conclusion, Sen considère d'abord que la démocratie ne serait se limiter à des procédures ou à des élections. C'est d'abord le débat public, l'échange libre, qui caractérisent cette forme de gouvernement.

A partir de cette définition, il montre qu'au cours de l"histoire, de tels échanges ont été possibles dans maints endroits du globe qui sont aujourd'hui sous la tutelle de gouvernements autoritaires. Pourquoi ce qui était possible hier ne le serait-il pas aujourd'hui ?

Autre analyse intéressante de Sen : il démontre, contrairement à une idée qui se répand, que le développement économique est mieux assuré sur le long terme dans les démocraties que dans les dictatures.

La lecture de ce petit livre (80 pages) est donc doublement pertinente.

Publié dans lectures

Commenter cet article