Les paradoxes de l'Eglise

Publié le par sébastien

Aimer, mais n'approuver qu'une forme d'amour.

Prôner un monde de valeurs, pourvu que ce soit les siennes, indiscutables.

Faire de la vie un don, mais refuser les moyens de la protéger.

Autant de paradoxes que Jean-Paul II aura fait siens.

Publié dans Réflexions-idées

Commenter cet article

Jean Yves ALT 03/04/2005 16:39

L'homosexualité et l’école
Dans cette institution qu'on rêverait exemplaire, le corps n'est qu'une évanescence, l'homosexuel(le) n'existe pas.
Les manuels scolaires se contentent encore de présenter Michel-Ange comme un «homme tourmenté», ou qualifie la liaison de Verlaine et Rimbaud d'«amitié tumultueuse».
On omet de mentionner que les œuvres de Lyautey et de Cambacérès ont été influencées par leur sexualité. Abu Nawas, André Gide, Marcel Jouhandeau, Jean Baptiste Lully, Francis Poulenc, Sergeï Eisenstein, Marcel Carné, Léonard de Vinci, Francis Bacon, parmi tant d’autres, ont des amours sans nom, des mœurs condamnées à l’oubli. On est obligé d’avouer Oscar Wilde et Jean Genet puisqu’on n’a pas le choix.
C’est que parler d'homosexualité, c'est aussi parler de sexe. Et l'école est rarement à l'aise avec le sujet.
Puisque l’école fait la sourde oreille, la télévision prend encore une fois le relais. Un comble! La victoire de Thomas du Loft, jeune homosexuel, sa passion amoureuse et déclarée pour Romain, auront-elles fait, pour autant, plus pour le visage et l’acceptation de l’homosexualité chez les adolescents que l’école n’a jamais voulu en faire ?
L'école est-elle homophobe ? Sans doute, plus par omission, par lâcheté, par ignorance que pour d’autres motifs.
Paradoxalement, l'Eglise, cet autre pilier du rite et des valeurs, en condamnant l'homosexualité lui rend la grâce d'exister. Alors qu’attend l’école pour ne plus ignorer l'homosexualité ?
Le message du gouvernement aux associations n’engage pas trop à l’optimisme :
« Parlez de l'homosexualité à l'école, mais discrètement.»
Derrière cette prudence, s’agit-il de la peur d’un prosélytisme ?
Qu'on transforme des petits hétéros en petits homos…