Affaire Dieudonné, suite (2)

Publié le par sébastien

Dans un précédent article, j'avais dit ce que m'inspiraient les propos tenus par Dieudonné à Alger. En particulier, j'estimais que la technique de l'amalgame et le sens de la provocation rapprochaient finalement sa rhétorique de celle des leaders d'extrême-droite.

Cet article a fait l'objet de commentaires qui désapprouvaient mon propos.

Après le dernier commentaire de Makia du 19 mars, je souhaite refaire un article sur ce thème pour poursuivre le débat. D'autant plus que "l'appel des indigènes de la République" a, depuis, relancé la question.

Le commentaire de Makia appelle en ce qui me concerne 3 remarques :

D'abord, je ne vois pas pourquoi il faudrait critiquer les commémorations de la Shoah, que Makia juge trop répétées, pour mieux mettre en lumière les autres affres de l'histoire qu'il déplore, et que nous déplorons avec lui. Pourquoi faudrait-il minorer un crime pour mieux en révéler un autre ?

En second lieu, je ne crois pas que l'amalgame entre évènements et périodes diverses de l'Histoire, qui est une constante du discours de Dieudonné, soit le moyen le plus efficace pour faire émerger la vérité. Comparaison n'est pas raison.

Enfin, Makia semble mettre les malheurs actuels de l'Afrique sur le seul compte de la colonisation. C'est faire fi des responsabilités des gouvernements qui sont en place depuis l'Indépendance. Sur ce sujet, je conseille la lecture de "Négrologie", l'essai de Stephen Smith, spécialiste de l'Afrique et correspondant du "Monde", dans lequel l'auteur s'étend longuement sur cette posture de victime adoptée par la majorité des gouvernants, et qui leur permet de mieux fuir leurs propres responsabilités.

L'exemple de la Côte d'Ivoire est parlant. Les auteurs de "l'appel des indigènes de la République", entre autres sujets, accusent l'Armée française "de se conduire en Côte d'Ivoire comme en pays conquis".  

Faut-il rappeler cette vérité première que si la France ne s'était pas interposée, il y aurait eu une guerre civile dans ce pays. Et il y en aurait sûrement une si on se retirait. A coup sûr, les mêmes, qui aujourd'hui accusent la France pour son implication, lui auraient volontiers fait porter la responsabilité de massacres si elle avait décidé de ne pas intervenir.

Faut-il rappeler que les malheurs de ce pays sont nés en réalité avec l'émergence du concept d'ivoirité sous Konan Bédié. Si Gbagbo a été légalement élu, il reste que son élection est entachée d'un vice de légitimité originel, en raison de l'interdiction qui était faite à Ouattara de se présenter, alors même qu'il était ancien Premier ministre. C'est ainsi une large partie de la population qui ne s'est pas reconnue dans cette élection. Est-ce la faute aux Français ?

L'indignation que l'on peut comprendre sur tel ou tel sujet perd de sa force lorsqu'elle permet de confondre dans une même dialectique, qui oppose victimes et bourreaux, des évènements qui n'ont rien à voir les uns avec les autres.

"L'appel des indigènes de la République" apparaît dès lors comme un projet "fourre-tout" qui ne sert pas la vérité. La technique employée, qui pose sur le même plan des sujets différents et qui poursuit en cela la "méthode" Dieudonné, nuit à la pertinence du discours, alors même que certaines revendications peuvent, sur tel ou tel point, paraître fondées.

 

Publié dans Politique-France

Commenter cet article

MaKiA 06/12/2005 02:12

"Pourquoi faudrait-il minorer un crime pour mieux en révéler un autre?" Je n'ai jamais sous entendu, laissé entendre ou voulu dire ça!! Je dis simplement que s'impose à toutes injustices & autres catastrophes un devoir de mémoire. Force est de constater qu'en la matière les médias ont vite fait de "choisir", comme tu as fait le choix d'interpréter plus que largement mes propos précédents... Quant à la forme d'action adoptée par Dieudonné, je ne dis pô tjs la cautionner, mais elle a le mérite de susciter un vrai débat ce qui n'etait pô l'cas avant ca!! Et sa maladroitesse je la mets ô mêm titr que ts ces jeunes qui ont participé ô emeutes de la capitale... je ne cautionne pas ms en l'état actuel des choses, c'est bien qu'il y a un malaise inhérent à l'échec cuisant d'une pseudo intégration facon coupe du monde 98 (faut arrêter de prendre les gens pr des cons)... Quand à la colonisation j n'en fé pô un bouquémissaire tout désigné!! Mais ce n'est pô avoir brûlé une maison, qu'il importe d'appeler les pompiers... Les dictatures en afrique sont le fait d'une colonisation qui après s'êtr gavé s'est gentiment retiré des terres africaines... & malheureusement ds c genre de cas force est de constater que l'homm est un loup pr l'homme, qu'il soit noir, blanc, kaki, jaune orange... Nous avons nous peuples noires notre part de responsabilité et j'espère que les gens comprendront que l'histoire est la base de tout et qu'il nous importe de se la (ré)appropprier, de l'écrire de nos propres mains; qu'elle ne soit pô le fait d'écrivains dont la pensée est aussi pâle que l'écriture... L'éducation demeure la condition première d'une conscience noire collective qui nous permettra de savoir réellement QUI NOUS SOMMES!!Personnellement je n'attend plus rien de "la france", parce que pour nous sortir un texte de loi jugeant comm positive la colonisation, fo avoir une bonn caisse de mépris quand on connait l'histoire colonisatrice des peuples malgaches, antillais, algériens ... Il faudra un jour nous dire ce que la souffrance amène comm justice... BleSs

MaKiA 06/12/2005 01:50

"Pourquoi faudrait-il minorer un crime pour mieux en révéler un autre?" Je n'ai jamais sous entendu, laissé entendre ou voulu dire ça!! Je dis simplement que s'impose à toute injustice & autres catastrophes un devoir de mémoire. Force est de constater qu'en la matière les médias ont vite fait de "choisir", comme tu as fait le choix d'interpréter plus que largement mes propos précédents... Quant à la forme d'action adoptée par Dieudonné, je ne dis pô la