Aviator : décevant !

Publié le par sébastien

Vu récemment le dernier Scorsese : "Aviator", qui retrace le parcours d'Howard Hugues, incarné par Di Caprio.

Honnêtement, hormis quelques scènes qui font mouche, l'ensemble m'a paru long. L'intrigue est décousue, si bien que l'émotion joue aux montagne russes : une scène peut toucher, mais on retombe vite dans une séquence plus soporifique.

En outre, le personnage d'Howard Hugues est rapidement campé. Il n'y a pas d'évolution perceptible. Ce qui donne au film une linéarité ennuyeuse.

Filmer une vie n'est probablement pas aussi passionnant que de lire une biographie. Là où le livre remet en perspective une époque, décrit des personnages secondaires importants, prend le temps d'expliquer les évènements qui émaillent un parcours, le film, quant à lui, s'attarde sur des "moments" de la vie du héros, laisse dans l'ombre les éléments qui expliquent sa formation et son caractère, lesquels ne se prêtent pas à une restitution par l'image. Un film ne peut véritablement rendre compte de la cohérence d'une vie.

D'ailleurs, quel "film biographique" a été un véritable succès aux yeux de la critique ou du public : "Evita" fut un bide, "Malcolm X" un demi-échec, ...

Seuls les fims qui s'attardent sur une période-clé de la vie du héros peuvent fonctionner : "JFK" d'Oliver Stone ou "Pollock" d'Ed Harris. Cas où le film prend le parti d'explorer un bout révélateur d'une vie, pour restituer un caractère. Cas où le film fait le pari de s'attarder sur une période pour témoigner d'une existence entière.

L'image révèle l'instant tandis que le livre décrit des périodes. Temps court contre temps long. Finalement, le "film biographique" porte en lui-même sa propre contradiction.

 

Publié dans cinéma

Commenter cet article