Incroyable

Publié le par sébastien

A la lecture des dépêches de l'AFP, j'apprends que le tribunal de grande instance de Paris vient d'interdire la campagne d'affichage de la dernière publicité des créateurs de mode Marithé et François Girbaud qui détournait le tableau de la Cène de Léonard de Vinci.

Voilà typiquement le genre de décision qui me révolte !

Quel est donc l'intérêt supérieur à la liberté d'expression et de création artistique qu'aura fait primer le juge ?

Faut-il rappeler que l'on ne connaît pas les auteurs de la Bible, que personne n'a encore eu la preuve de l'existence de Dieu et que la France est toujours un état laïc !

L'Eglise m'emmerde, ces réctionnaires m'emmerdent et dieu (!) que c'est bon de le dire !

Publié dans coups de gueule

Commenter cet article

Dalila 27/07/2005 21:19

Ben moi j'ai la foi et franchement ça me choque pas...J'ai été une des premières à recevoir l'image dans un magazine féminin et réellement ,je l'ai trouvée géniale cependant je comprends que certaines personnes n'aient pas accépté c'est comme lorsque quelqu'un juge vos parents; ça blesse toujours un peu même si c'est sans méchanceté!
J'adore l'art et j'aime bcp le photographe de cette pub que je trouve formidable mais la religion c'est quelque chose que l'on peut comprendre que lorsqu'on en a foi, la foi c'est un peu comme l'amour, on lui trouve des excuses, des explications mais elle est inébranlable, inaltérable et en quelque sorte c'est son côté fou qui fascine tant !

vad 14/03/2005 13:46

Hello!! On peut rire de tout, dans l'intimité, avec des personnes bien choisies. Bien que rire de tout publiquement est une chose qu'il est bon de ne pas légiferer en démocratie (et que pourtant, en France, nous légiferons, voir par exemple l'affaire Dieudonné de 2004)! Ca n'empêche pas de contester le propos- et à des fins publicitaires, l'interdire!

Aujourd'hui, cette jolie et sage campagne circule librement sur les ondes. Les auteurs ont fait parler d'eux sans doute beaucoup plus que prévu, mais ça reste dans le domaine de l'idée - car quoi qu'il en soit, personne ne peut plus considérer ce vecteur publicitaire comme une marchandise.

Guillaume 13/03/2005 20:59

Ils manquent beaucoup d'humour, ces chrétiens !!!! Faut pas tout confondre : il n'y a pas de zoophilie dans cette publicité (cf commentaire du dessus !) et même si j'accepte l'argument que la foi est au dessus du commerce dans le système des valeurs, je ne vois dans cette image qu'une exégèse supplémentaire, je pense que toutes les femmes ont dues être ravies (sinon elles sont bien endoctrinées...) . N'a-t-on pas le droit de rire de tout, même de Dieu ? Dieu doit bien s'ennuyer, avec personne pour le divertir ...
Ah , au fait, je suis anticlérical. J'ai la foi, mais pas en Dieu tel qu'on nous le présente.
Et je termine par une citation de celle qui m'a fait découvrir ma foi

"Je pense que deux personnes ne peuvent pas avoir la même religion. C'est une chose beaucoup trop personnelle !"
BJORK

vad 13/03/2005 20:30

Même avis que pierre - Même si tu n'es pas chrétien, tu admettras peut-être que nous vivons dans un monde où respecter l'autre et sa foi est une valeur nécessaire.

Ne penses-tu pas que cela serait déplacé qu'ont ait le même affichage, a but mercantile, appliqué par exemple à une scène de l'aïd el kebir, où l'on verrai un mouton complice et des femmes sans voile à moitié dénudée prenant un plaisir ambigu?

Ne penses-tu pas qu'il serait déplacé de voir un affichage bafouant l'histoire, la république ou des fondements tels que les droits de l'homme, de la femme... ou de l'enfant?

Chacun son système de valeur. La fraternité entre individus commence par ne pas appliquer aux autres, dans des fins mercantiles, ce que l'on aimerait pas se voir appliqué à soi-même.

En revanche, dans le domaine de l'opinion, je suis tout à fait d'accord avec toi: toute idée, art ou expression devrait avoir la possibilité d'être exprimé et publié librement.

Pierre BILGER 12/03/2005 16:55

J'aime bien votre blog que j'ai d'ailleurs référencé sur le mien. Mais je ne partage pas votre indignation. La liberté des uns s'arrête où commence la liberté des autres. Provoquer, pour des motifs purement commerciaux, la sensibilité des millions de chrétiens pour lesquels la Cène est une référence fondatrice, c'est purement et simplement exprimer du mépris pour leurs convictions. Cela n'a rien à voir avec la laïcité qui est avant tout tolérance et respect des autres.