La discrimination positive et M. Jourdain

Publié le par sébastien

Dans ses voeux adressés au gouvernement, Chirac souhaite que soit renforcée la parité dans les exécutifs locaux. Il propose ainsi d'augmenter les amendes pour les partis qui contreviendraient à leurs obligations en la matière.

Chirac sait-il, ce faisant, qu'à l'instar de M. Jourdain qui pratiquait la prose sans le savoir, qu'il promeut, sans apparemment y voir de contradiction, la discrimination positive, cette abomination qu'il porte cependant aux gémonies, quand il s'agit d'autres populations que la gent féminine ? Car, qu'est-ce donc que de privilégier des postes pour certaines personnes, en raison de leur identité et non de leur mérite, si ce n'est de la discrimination positive ?

Pour ma part, je n'ai rien contre. A une seule condition : que ces règles ne valent que pour une durée limitée. Il s'agit d'initier un mouvement, non d'instaurer un ordre permanent qui placerait pour toujours les particularités identitaires au-dessus des critères de compétence. Dans l'intérêt général, promouvoir par l'expérimentation la cohésion sociale. Démontrer par l'absurde que la compétence n'est pas liée à un sexe ou une couleur. Mais, dans l'intérêt général toujours, parce que le modèle républicain l'exige, faire en sorte que cet ordre d'exception ne fasse jamais figure de règle définitive.

Publié dans Politique-France

Commenter cet article

ED 16/01/2006 12:44

Le système est sclérosé. Chirac doit partir s'il lui reste un peu de dignité.