Coming out or not coming out ?

Publié le par sébastien

Faut-il ou non faire son coming out ? C'est une question que chaque gay a dû un jour ou l'autre se poser et à laquelle, grosso modo, deux types de réponses sont apportées.

D'un côté, ceux qui désirent officialiser leur identité aux yeux de tous. Dire ce qu'ils sont pour exister enfin. Désir de vérité. De transparence.

De l'autre, ceux qui refusent d'être résumés à leur sexualité. Qui pensent que mettre en avant ce qui n'est qu'une part d'eux-mêmes est également trahir la vérité.

Pour ma part, j'ai opté pour la seconde solution. Pour deux raisons, au moins :

1) D'abord, le coming out suppose d'être certain de ce que l'on est. Egalement attiré par certaines filles, dire "je suis gay" ne correspondrait pas à ma vérité. Alors, pourquoi le dire ?

2) Ensuite, ne pas blesser. Ne pas le faire pour ne pas décevoir. Il y a probablement dans cette attitude un certain manque de courage.

J'ai un ami qui, lui, a fait son coming out. Il s'est senti, après coup, si apaisé qu'il pensait avoir bien fait. Mais, par la suite, son père n'a pas accepté cette situation et leur relation se réduit désormais à un conflit larvé.

Je pense qu'à chaque individu correspond un comportement adéquat, mais que celui-ci ne sera pas forcément le même. Il n'y a pas d'attitude idéale.

Ce que je crois, en revanche, c'est que notre société sera idéale lorsqu'il ne sera plus nécessaire pour quiconque d'accomplir cet acte. Car alors,l'homosexualité sera perçue comme une sexualité possible, présente dans la nature, n'appelant aucune action d'éclat pour s'affirmer.

Et vous, coming out or not coming out ?

Publié dans vie gay

Commenter cet article

Johan 22/04/2007 00:22

pour ma part, je l'ai dit à certains amis proches mais je ne l'ai jamais dit comme ça de but en blanc, ça a toujours été amené par la conversation.devoir en permanence faire attention aux regards des autres, faire attention à ce que l'on va dire ou faire, faire attention à qui on va regarder dans la rue, si on va être "capté" par ces amis, ça devient pesant par moment.si un/une ami(e) vient à me poser la question j'y répondrai, mais je ne vais pas crier sur tous les murs que je suis bi, ça ne regarde principalement que moi.De toute façon il n'y a pas de bon ou de mauvais choix, chacun gère la situation comme il veut et surtout comme il peut.  

ousi 18/05/2006 12:28

"Ne pas blesser. Ne pas le faire pour ne pas décevoir" : chacun fait comme il le sent, mais c’est dommage d’intérioriser les problèmes d’identité des autres, allons allons !! Je me dis toujours que ce n’est pas de ma faute si qqn est mal à l’aise face à une autre sexualité. Tu ne vas tout de même pas te mettre un sac sur la tête si qqn est gêné par ta couleur de peau .... ;-)

Dalila 27/07/2005 22:16

Moi il y a un truc que je ne comprends pas on dit "homosexuel" et dans ce mot y'a "sexuel" alors je ne sais plus trop quoi penser, quand un type gay fait son "coming out" il pense quoi en premier " j'annonce que je baise qu'avec des types" ou bien "j'annonce qu'il n'y a que les mecs qui me grisent" ou bien un peu des deux ?
Parce que quand je vois qu'il existe autant d'endroit gays réservés qu'au sexe ,ça me tue ! J'ai l'impression que vous vivez beaucoup plus de rencontre d'un soir que n'importe quel hétéro hors sa donne plutôt une image de démon de minuit infatiguable ! Enfin voilà !

Le hérisson 20/06/2005 10:20

je pense qu'il y a plusieurs coming out..
celui de la vie personnel (le dire à ses parents, sa famile, ses amis..) - celui là est fait et c'était une nécessité pour moi. je crois que je n'aurais pas pu avancer sans cette étape.
et puis il y a celui du travail - et j'avoue que je n'ai pas eu le courage de la faire au boulot - pas envie d'être le gay de service... peur des consèquences sur mon job etc...

Jj ou Effix 18/05/2005 16:24

Pour reprendre ton dernier mot, je ne pouvais me permettre d'être "vigilant". J'ai donc annoncé ouvertement que j'étais Gay. Certes il y a eu des retombées négatives, comme partout, avec les gays j'aurais pu paraître pour un hétéro, pour les hétéros, je suis un sale pédé... la nuance ? y en a pas. A la différence, cependant, que les bons hétéros du boulot se permettent maintenant les bonnes blagues lourdes qui semblent gentillettes, mais qui, à la longue, commencent à me faire "mal".. Je pense que le mot "mal" n'a pas vraiment sa place, mais je deviens très... sensible... Pourtant avec l'expérience actuelle (5 ans de coming out) je préfère quand même que les choses soient claires pour moi ! Bonne chance à toi ! Jj