La religion laïque

Publié le par sébastien

A sa manière, la laïcité est aussi une religion :

- elle développe un message : diversité religieuse mais unité de la République ;

- elle a ses rites : l'absence de signes religieux à l'Ecole, par exemple ;

- elle cultive une certaine idée de la transcendance : "au-delà" des croyances religieuses, tout individu appartient à la "communauté des citoyens".

Comme pour toute religion, le message ne peut se suffire à lui-même. Il doit être rappelé. Par des rites et par des manifestations. La bonne Parole n'existe que parce qu'elle est portée. Un message que l'on écoute distraitement, et que l'on ne rappelle jamais, est un message qui s'évanouit.

Le refus des signes religieux à l'école n'est pas plus important que la prière du soir pour le chrétien. C'est juste un signe. Signe que le message est encore vivant. Parole laïque, d'un côté, parole religieuse de l'autre.

Le retour des signes religieux à l'école marquerait alors la prédominance d'un message sur un autre. Du message religieux sur le message laïc. En étendant l'espace du message religieux d'un côté, on réduirait, de l'autre, l'espace du message laïc.

Et partant, la religion laïque, qui est la religion de tous en République, perdrait du terrain face aux autres religions, qui n'appartiennent qu'à des fragments de la communauté nationale.

Dès lors, si l'on veut mettre en avant l'appartenance de tous à la République, il est des rites qu'il convient de sauvegarder. Le voile à l'école, ce n'est pas le droit à la liberté religieuse, c'est le refus de témoigner de son appartenance à la communauté nationale. C'est faire prévaloir des droits à l'endroit d'une communauté religieuse, plutôt que des devoirs à l'endroit de la communauté nationale.

C'est un choix auquel je ne me résous pas. Au moment où l'on affirme la nécessité d'une meilleure cohésion nationale, comment accepter l'idée d'en supprimer les attributs ? 

Publié dans Réflexions-idées

Commenter cet article